Créer un site internet

origines

4eme partie de la Genèse

Epilogue :

Jeudi 28 juillet 2016, j’ai étalé par terre dans la salle à manger tout ce que je compte emmener sur le GR, ce qui me semble indispensable :

  • Le sac à dos(1,3kg), le pack avant (0,215g), le duvet (0,900gr), le tapis de sol (0,400), la tente (3,3kg) total :6,2kg

  • 3 slips (j’ai bien fait il a fallu que j’en prête un à Kiki), 3 paires chaussettes, 1 short léger, 1 pantalon convertible short (jamais servi en pantalon, on a eu du cul, à part un jour gris, que du beau temps), 2 tee-shirt de marche, 1veste imperméable (il la faut car même en été il fait frais et le soir avec la fatigue on est bien dedans), 1 veste légère, 1 cuissard long,1 tee shirt compression (pour faire ressortir mes abdos),1 tee shirt pour le soir manche longue, 1 bonnet, 1 chapeau rando (pour avoir l’air con), 1 maillot de bain (au cas où), chaussures légères, 1 serviette microfibre : le tout : 3kg

  • Appareil photo (plus de 900 photos) + câbles divers, batterie photo, chargeur batterie photo, chargeur externe (540g à lui tout seul), téléphone, frontale, caméra (pas servi et je le regrette, mais trop compliqué déjà de marcher, alors avec la caméra sur la tête, à chercher les boutons, dommage) :1,2kg

  • Barres céréales, gels, lait concentré, fruits secs : 3,3kg

  • Tout le reste : purificateur d’eau(1 tablette), spray anti-moustiques, pansements divers, huile de massage Arnica, 1 tube gel silicium organique, crème pieds, doliprane 1000 et anti inflammatoires, cordelettes 2 x 5ml,10 pinces à linge, gamelle, gobelet, couverts, couteau, PQ (Harry, tu me dois un rouleau), 1 mouchoir tissu, sacs congélations (protection électronique),3 sacs poubelles, colle néoprène, carnet et crayon, lacets de rechange, savon alep, petit dentifrice et mini brosse à dent, carte vitale, carte identité, argent liquide (500 euros pour 12 jours initial)), sifflet, couverture de survie, bâtons de marche (jamais servi, abandonné à Asco, j’y reviendrais plus tard)…..4kg.

  • Je renonce à prendre mon radio réveil, de toutes façons je dors mal en montagne, mon MP3 avec l’intégrale de Clash, j’écouterai le gazouillis des oiseaux et le glou-glou des rivières, ma robe de chambre car les matinées sont fraiches mais celle que j’ai est un peu défraichie.

Je bourre mon sac, merde ça rentre pas, c’est un 50l mais c’est pas de l’eau qui j’y met c’est des kilos ; la tente, plutôt en haut ?, plutôt en bas ? Finalement ce sera en bas car il y a un jeu de lanières pour l’accrocher et je veux garder le haut du sac accessible pour les fringues, le plus lourd au fond du sac ….. Les bâtons, ils rentrent pas, je vide tout, je recommence ….. si tous les jours c’est comme ça je vais pouvoir me lever à 4h tous les matins …… là c’est mieux mais ces p……. de bâtons ils rentrent toujours pas, tant pis je les accrocherai au sac à dos, la poche à eau, je la mets où ? dans le sac elle sera complètement compressée, je bidouille un système pour la suspendre au sac à dos et pouvoir la défaire rapidement pour faire le plein (par contre j’ai pas intérêt d’accrocher des rochers ou des buissons épineux) …. Bon, c’est pas trop mal, le sac à dos à pas mal d’ouvertures, je pourrai attraper les objets sans avoir tout à sortir chaque fois ……. Je monte sur la balance, à vide, juste mes habits : 64kg (ah quand même …. T’as pas un peu grossi toi ?? ….. Euh, moi, non ….. ), Je mets le sac à dos, ouah !!! Ah oui ….. J’accroche le pack-avant et je remonte sur la balance : 81 kgs !!!! je suis pas dans la merde, 17kgs et sans l’eau (2litres + 1 gourde de 1l) …. Pour les randos de prépa on était à 13kg TTC ça allait à peu près pour des sorties de 4h de marche …… je regarde ce que je peux enlever, tout me parait indispensable …. La tente, c’est pour moi et Gilles mais il vaut mieux que je la porte car de son côté il a l’air chargé aussi (son sac, pas lui) et autant économiser ses cervicales si on veut tous arriver au bout. Donc tant pis, je prends tout on verra à Calvi.

Là où je me dis qu’on est pas dans la mouise c’est quand je pense qu’on part à 4, dans une 308, pour camper, qu’il va falloir mettre dans le coffre, mon sac, celui de Gilles, les affaires des filles et un peu de matos de camping genre toile de tente, matelas, tables, et divers ustensiles, que de son côté Kiki ils sont aussi 4 avec la même problématique ….. On a remplis la voiture le jeudi soir, façon Tétris, on a récupéré Céline et Gilles le vendredi matin et on a fini de la bourrer ( la voiture, pas Céline), on en avait partout (des affaires), on savait plus où les foutres, même sous les pieds (pas du foutre, des affaires, mais non, on a pas bourré Céline) ….mais bon, tout est rentré ….. On a pris l’autoroute, on a fait le premier tiers à 100km/h de moyenne et le reste à 80km/h à cause d’un incident technique, une prise d’air, un carter de protection sous moteur qui menaçait de se décrocher et qu’on entendait taper dès qu’on dépassait les 90km/h ….. Le trajet fut long, plus long que prévu.

On est arrivé à Golfe Juan en fin d’après-midi, on est passé chez Norauto qui nous ont gracieusement et dans l’heure rafistolé le carter avec des Rilsans …..(merci à eux !), le samedi matin on a fait un micmac pour faire passer la voiture de kiki avec la nôtre sur le ferries, car Kiki avait l’anniversaire du beauf le samedi soir à Cannes et devait nous rejoindre le dimanche, MAIS, les billets ayant été pris à l’avance (en janvier, pour ceux qui ont suivis depuis le début) sa voiture A SON NOM, devait embarquer impérativement le samedi, mais sans lui à bord, qui plus est les billets sont pris avec le nom et prénoms des passagers, du coup, Gilles passager de 308 se retrouvait conducteur de Kangoo au nom de Kiki …… j’ai cru un instant que la Corse, c’était fini, je crois pas que j’y retournerai un jour …….

Finalement on est arrivé à Calvi dans l’après-midi, quand le bateau s’est approché des côtes, mon regard était déjà vers ces montagnes que je voyais en vrai pour la première fois et mes pensées gambadaient déjà de refuge en refuge, un peu comme les petits lapins dans Blanche Neige ou Bambi ; il me tardait lundi matin pour pouvoir enfin en découdre …..

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3eme partie de

Comment je me suis retrouvé à faire le GR20 – (3eme partie)

 

Gilou, il faut vous expliquer un peu… c’est Alan Garner dans « Very Bad Trip », c’est le gars quand il est avec toi, tu sens qu’il va t’arriver un truc pas forcement positif, plutôt négatif …… genre embrouilles, emmerdes, ecchymoses, ennuis plein de truc en e, mais e négatif (électron négatif en fait, même pas neutron ….) alors que Kiki , c’est pareil : tu sens qu’avec lui ça va partir en live aussi à un moment donné, mais tu sais qu’en fin de compte, même trois jours après, ça va bien se terminer ….. Mais bon parfois trois jours c’est long pour un mec comme moi qui aime bien la tranquillité, alors 10 jours et sur le GR20, le plus dur d’Europe, le plus dangereux …… bon ça va, t’exagères pas un peu là …..

Gilou, c’est un gars qui te dit qu’il était super sportif …… il y a 20 ans ou dans une autre vie je ne sais plus. Aujourd’hui il fait du foot,( il supporte l’OM et ça demande beaucoup de courage, de ténacité et plein de qualités humaines qui peuvent servir sur le GR), et il voyage beaucoup, il fait du surf…… sur internet. Une fois par an il fait une compétition genre Color Me Rad, ou Frappadingue …… bref l’homme de la situation pour nous corser le GR20 ….. (T’as vu le jeu de mot ?)

L’an dernier il nous avait suivi 30mn sur une randonnée à Valcebollère avant de nous abandonner pour continuer « à mon rythme » ; désolé Gilou on n’était pas encore chaud …….

Après Kiki il est comme moi, c’est pas comme l’éducation nationale, on n’est pas pour le nivellement par le bas ….. Les profs qui doivent se mettre au niveau des cancres, la société qui doit assister les plus faibles et décourager les autres. A une autre époque, on appelait ça la sélection naturelle, s’adapter ou disparaitre, c’était plus simple.

« L’esprit de gagne, la fameuse “power patate”, est d’ailleurs l’une des bêtes noires de nos élites, qui ont trouvé moyen, pour garder quelques longueurs d’avance afin de perdurer au-delà du monde qu’ils ont définitivement pourri, de niveler les enfants dès leur plus jeune âge. C’est la grande invention de la fin du vingtième, le coup de génie de politiciens démagogues et juste soucieux de la seule préservation de leur espèce décadente toutes familles (politiques) confondues que de tuer dans l'œuf, c’est à dire dès la maternelle, toute velléité d’être meilleur que l’autre en institutionnalisant un système de protection infaillible à l’avantage des plus faibles, sorte de “guerre des étoiles” contre l’intelligence et l’esprit fin, contre le potentiel quel qu’il soit, physique ou intellectuel, et plus généralement contre l’esprit d’en découdre. Egalité des chances donc, à tous les étages.

Nos gosses ont bien retenu l’essentiel : l’équilibre consiste, nouvelles règles du jeu à l’appui, à tout attendre des autres et rien de soi-même. D’où ce mélange de langueurs et de désespérance dans le regard d’enfants qui se sentent floués, trahis, parce que rien ne tombe dans leur main mollement ouverte, ni de l’état providence, ni du monde où ils vivent, ni de leurs parents qu’ils en viennent à trouver indignes. (ed histoire sur courirlemonde.org) »

Bref Gilou, je l’ai briefé, plusieurs mois à l’avance, je lui ai dit : « va sur les forums, sur les sites du GR20, sur youtube (pas youporn) voir des vidéos, imprègnes toi du truc un peu car c’est costaud quand même comme trek ….. il y a beaucoup d’abandons, il y a des chutes mortelles, des abandons physique et psychologiques et puis des abandons à la vie, des morts aussi parfois, c’est pas le truc à prendre à la légère quand même. »

Kiki lui c’est pas la peine de lui dire tout ça car c’est un impulsif, un bourrin de première, quand il a décidé un truc il s’y tient et personne, même sa propre famille ne pourra le raisonner. Il veut pas savoir, il veut découvrir. Il prend pas de téléphone (elles savent où on est, et comment ils faisaient avant ? et puis toi t’as le tien.) Pas d’appareil photo, il dit les photos elles sont là (en montrant sa tête), moi je prépare mon Alzheimer patiemment alors je sauvegarde toutes les données sur disque dur. J’ai des albums photos, des livres photos, je fais des blogs, des pages Facebook. Pour finir il est prêt à aller jusqu’à l’épuisement et s’il souffre il te le dira pas, il se plaindra pas. Il s’insultera de l’intérieur pour continuer à avancer ….. C’est pour ça que j’ai toujours une petite appréhension à partir avec lui ….. On sait comment ça va commencer le petit footing de une heure à 8h du matin mais à midi on est toujours pas rentré…..

Pour la préparation physique Kiki lui il court toute l’année, il fait des trails jusqu’à 25km, le GR20 il a déjà fait le Nord en 2014 (c’est pas pour autant que ça nous aura aidé. On dit : le corps n’oublie pas …. Il a pas du souffrir sur le GR20 ….. mais ça aussi c’est Kiki) :

  • Kiki, c’est comment la fin de l’étape ? ça monte beaucoup encore ? il est loin le refuge ?

  • Non, c’est bon, ça va monter encore un peu (juste 600m de D+ en 1h30)et après on arrive, on traverse une forêt (en fait c’est l’étape d’après), bref 2 heures après, toujours dans la rocaille, on commence à apercevoir le refuge (apercevoir le refuge en Corse ça veut pas dire que tu arrives, ça veut dire que dans une heure en marchant bien tu y seras.)

Pour Gilou c’est pas pareil. Il travaille le matin, il a souvent des semaines courtes, il a pas un boulot physique-physique non plus, bref il a l’aprèm pour lui, il a 7 mois pour le préparer, il peut aller chercher le pain à pied,…… s’il veut, il peut, mais bon je dis ça, je dis rien ……

Sentant le coup de Trafalgar venir, je me dis qu’il faut mobiliser les troupes, Kiki il est à Golfe Juan, il est grand, il se gère tout seul. Mon Gilou il habite à 20 bornes de chez moi alors au mois de Mai on se fait une rando avec sac à dos à 13kg et Salomon de 16km en 3h18 et 650m de D+ (bref de la pignolade en vue de ce qui nous attend) en Juin, toujours à St Antonin, 18km en 4h10 et 500m de D+ , je sens que les côtes c’est dur et on monte maxi (que) pendant 15mn à chaque côte. En plus mon Gilou il a des problèmes de cervicales et d’équilibrage de sac à dos ….. Ça sert à cela les randos de prépa, à peaufiner les réglages. AU mois de juillet, une rando de 23km, 5h14 et 710m de D+, toujours avec le sac à dos et le week-end suivant une ultime rando de 15 km en 3h18 et 360m de D+ …. Et moi qui n’arrêtait pas de marteler à Gilou, dis-toi bien que ce n’est rien à côté de ce qui NOUS attends (car je me mettais aussi dans le lot, j’avais déjà des doutes sur moi, alors Gilou c’était plutôt des craintes).

Là-bas, parfois, dans le NOOOORD on va grimper pendant 3 ou 4h, j’ai pas dit marché Gilou, j’ai dit grimpé, le terrain c’est pas du chemin propre comme à St Antonin, par moment on va escalader, on va mettre les mains qu’ils disent, on va descendre dans des cailloux pendant plus d’une heure …… je me faisais même peur à moi-même quand je disais çà ……

Après vient le moment où tu ne peux plus rien dire car tu deviens lourd, ça devient embarrassant …. Et Gilou s’il a décidé de faire le GR20, il a le droit de faire le GR20. Tu le connais pas assez bien pour le juger, avec de la volonté il se passe parfois des choses bizarre. Tu as des gars qui finissent les étapes H.S et qui repartent le lendemain, pour une de plus, et encore une, et parfois jusqu’au bout …. Alors Gilou, oui il prendra le départ du GR20 avec nous, mais on a que 12 jours et on aimerait bien aller au bout, car je ne suis pas sûr de le refaire un jour.

Moi entre temps j’ai continué la course à pied, je fais surtout des 10km route, pas plus (à cause de ma tendinite). Au mois de juillet, j’ai remplacé la course à pied par des sorties marche rapide de 10km à 6km/h (pour économiser ma tendinite) et du VTT en mode route. En plus j’ai la chance de travailler à 5km de chez moi, alors je vais faire comme Joan Roch le traileur Québecois, je vais y aller en courant….nan, je rigole, je vais continuer à prendre la voiture.

 

Voilà la prépa de Warriors que nous avions en débarquant sur l’ile de beauté ce samedi 31 juillet 2016 pour affronter le GR « le plus dur d’Europe », 180km, 12000m de D+ et autant de D-

Et cerise sur le gâteau, Léo et Hugo montent dans le bateau (c’est normal, ils vont en Corse eux aussi) ……. Ce sont les fils de Kiki (14 et 16ans, 80kg, à eux deux) ils ont décidé de faire le GR20 avec papa (naaaaannnn ???? siiiiiiiiiiii !!!!!!) …. Deux ados classiques, pas des guerriers : un philosophe obscur, futur gourou d’une secte, pas méchante, mais bizarre …..et un gentil garçon, plus branché console vidéo que transpiration….. tout ce qu’on avait besoin pour pas s’ennuyer …. Après la jeunesse, c’est tellement imprévisible….

Les filles : « c’est génial, on va se retrouver entre filles, on va se concocter un petit programme à notre sauce …….

Pour Kiki du coup c’est plus compliqué : 3 bouches à nourrir, une tente 7euros+ 3 personnes à 7euros (28 euros) + 1pietra+2 coca(18euros) 3 vrais repas le soir (54 euros),il faut quand même recharger les batteries sur le GR. Il a prévu du muesli et du jambon, saucisson, pain de mie pour le repas de midi et le petit déjeuner …. Mais bon : Budget journalier : 100 euros par jour minimum ….. mais bon, vous connaissez les enfants, c’est l’optimisme personnifié, ils ont peur de rien, on doublerait, voire triplerait certaines étapes et tu verrais que ton GR de m…… on te le torcherait en 7 jours, on allait pas en faire une montagne, on était pas des taffioles …. Bref, moi je me demandais si j’avais été sur les bon sites, si c’était pas des vidéos et des photos truquées pour faire peur aux touristes, pour pas qu’on vienne les embêter …. Avec Kiki, on se regardait ce soir-là au camping, la veille du départ, on souriait, à les écouter parler, on disait rien, mais on disait rien……

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment je me suis retrouvé à faire le GR20 (chapitre 2)

Comment je me suis retrouvé sur le GR20 (2eme partie)

 

Là où j’ai compris que ce n’était pas des paroles en l’air, c’est en décembre quand Kiki a appelé pour qu’on réserve les billets pour Corsica Ferries ; ça voulait pas forcément dire qu’on allait  faire le GR20, mais une chose était sûre, c’est qu’on allait passer 15 jours en Corse et connaissant Kiki, on allait pas rester 15 jours les pieds en éventails sur la plage à regarder la Méditerranée même s’il parait qu’en Corse c’est pas la même qu’en France.(elle serait plus belle, plus propre, plus chaude …. Dixit le gardien de Manganu))

Pour moi la Corse jusqu’à présent ça se résumé à Astérix et Obélix, les fromages, un peuple fier, des vendettas, des bombes qui pètent, des trucs qui brûlent accidentellement,  faut pas les faire chier …..  Peuple fier, tu regardes ma sœur, tu l’épouses …. Que des clichés quoi. Alors 20 000 randonneurs par an qui défilent devant leur porte ….. j’avais pas envie d’être la goutte d’eau qui fait déborder la vasque ….mais en fait une fois sur place, il y a pas de porte, pas de maison, pas un village,  tu défiles juste devant la nature, tu n’embêtes personne, les gardiens des refuges des fois c’est même pas des Corses, tu fais rentrer un peu d’argent (50 euro par jour presque, parce que j’aime bien la PIETRA), le seul truc qu’on te demande c’est de pas chier n’importe où, il y a des toilettes dans chaque refuge (elles valent ce qu’elles valent mais elles ont le mérite d’exister) et de pas baliser le GR20 de tes détritus et PQ, il est déjà balisé en rouge et blanc et tu peux pas te perdre (où alors arrêtes la randonnée, c’est pas pour toi). Après c’est comme dans la vraie vie, quand tu arrives, tu dis bonjour, tu attends patiemment ton tour, c’est pas une rando organisée, ils sont pas là pour te cirer les pompes, te porter le sac et te monter la tente pendant que tu marches.(ah si, ça s’appelle dormir en refuge et en pension complète, il y a des sites pour ça, c’est 1300 euros par personne, minimum.)

Donc j’ai commencé à potasser le sujet, pendant 7 mois j’ai fait au moins 50 fois le GR20, dans les deux sens, j’ai écumé les forums, j’ai questionné, j’ai pris des notes. Je peux te garantir que le jour J, je connaissais tous les  noms des refuges, les étapes qu’on devait faire, bon après j’ai pas retenu tous les noms des boccas, puntas et Monte, car le corse c’est pas une langue facile (même sous la torture) et que je voulais vexer personne à savoir s’il fallait le prononcer à la Française, ou en corse antique, ou en corse tout court. Bref, quand on sait pas, on se tait, et on admire …. Comme dise les Corses : « arrêtez de dire que c’est beau toutes les 5 minutes …… on le sait.

  Je savais qu’on resterait 15 jours mais qu’on se garderait quelques jours pour rester avec les filles au camping à Calvi, que Kiki n’arriverait en Corse lui que le dimanche, donc on pourrait commencer à marcher que le Lundi 1er Aout et que le vendredi 12 aout au plus tard il fallait qu’on soit arrivé car on reprenait le bateau le lendemain.

Donc 12 jours, 16 étapes il faudrait doubler des étapes …. Marcher 5 à 6 heures on avait déjà fait (mais sans sac à dos et moins costaud) mais marcher 10 à 12h par jour, avec 13 ou 15 kg, en enchainant les journées …… c’était l‘inconnu.

Une chose était sûre c’est que le Nord c’était très dur, très rocailleux, les rapports distance/temps étaient assez impressionnants (8km – 7h) même si les topos guide sont plutôt pour des marcheurs de type ….. marcheur …. Il fallait s’attendre à quelque chose de pas roulant du tout. La partie Sud serait moins rocailleuse, mais les étapes sont plus longues mais ce n’est quand même pas la plaine, il y a encore des passages à 2000m et doubler des étapes déjà longues et bien ça les rends encore plus longues …. Plus la fatigue accumulée, les ampoules, les bobos, les crampes, les diarrhées ……. Et la grosse inconnue (non pas Sandy), la METEO, qui peut t’obliger à décaler une étape, qui rallonge l’étape à cause des cailloux glissants …… il y a eu des drames quand même sur le GR et les forums en témoignent ……

Pour ma part, le grand soulagement au grand dam des puristes, c’était la fermeture du Cirque de la Solitude suite au drame du 10 juin 2015, 6 victimes en catégorie mortelle (ils sont morts) ….. j’aime bien la rando, mais je suis pas du genre téméraire, et tout ce qui touche à l’escalade, à la désescalade, que ce soit avant ou arrière, les accros-branche, les parcs aventures, les manèges à la con dans les fêtes foraines, les ponts de singe, les tyroliennes qu’elles soient simples ou doubles (j’ai fait l’armée, j’ai déjà donné) ….. tous ces trucs qui plus est : sans sécurité, sans mousqueton, sans corde à quoi se raccrocher si ce n’est la chance ou le petit Jésus où là tu espères qu’il existe ….. Non, j’étais pas mécontent qu’il faille le contourner, le grand moment de Solitude, même si l’étape il aurait fallu qu’elle fasse 20km et 2000m de D+, ç’aurait été de toute façon une belle étape.

Bref, me voilà au fil des mois, à faire ma liste de matériel, à faire des modules en 10 jours, 11 jours, 12 jours …… en moins de 10 jours j’y pensais pas, je voulais que ça reste de la rando, surtout qu’on aurait un sac à dos de 20% du poids du corps, soit pour moi maxi 12kg, sans compter l’eau (il allait s’avérer, nous le verrons par la suite, que cela allait être plus compliqué que prévu). Je ne voulais pas rentrer dans le mode rando-trail comme l’an dernier à Valcebollère ou comme la plupart sur le GR20 qui le font entre 3 et 6 jours ….. Chacun son trip.

Non, 12 jours ça me semblait correct, on doublerait que dans le Sud, après Vizavonna, il fallait gérer le petit problème de Asinau, le refuge qui avait « accidentellement » brulé, on pouvait moduler 3 étapes pour en faire deux, bref le GR20 c’est bien pour ça, c’est qu’en jouant avec les refuges et les bergeries en fait tu te l’arranges à ta sauce.

Pour les chaussures, n’en déplaise au vendeur de Décathlon qui m’a pris un peu de haut, du haut de son petit mètre 50, je voulais éviter les grosses chaussures montantes de marche, de plus étant plus coureur que marcheur, je me sentirais plus à l’aise dans des chaussures légères et qui ne compriment pas le pied, je savais pour l’avoir vécu en 2011 dans l’Ariège que la cheville avec ou sans tenue, quand le pied il vrille, la cheville suit …. et les retours positifs sur les forums ont orienté mon choix sur la Salomon XA pro 3D, elle valait dans les 120 euros, en pistant sur le net régulièrement je finirai par la trouver à moitié prix  et qui plus est en GTX (gore tex), rouge : comme ça je pourrais saigner des ampoules sans inquiéter mon entourage.

 Le seul problème, je m’en rendrait compte une fois sur le GR, ce fut la taille : 40 et2/3 c’était trop petit, 41 et 1/3 ils avaient pas, alors j’ai pris 42, je me suis dit avec les chaussettes ça devrait le faire …… on y reviendra plus tard.

J’ai acheté ma tente (une belle erreur là aussi) sur ventre pivées.com, (pourquoi deux tentes ??? ils sont que deux ?? Kiki, il a pas de tente ??? je sais pas, t’as qu’à lire la suite ……..)

Une belle affaire, une Colombus, verte pour se fondre dans le maquis, mais très vite sur le GR (dès la 1ere étape, et même avant en additionnant les poids en faisant le sac) j’ai compris que j’avais fait une connerie : 3kg (25% du poids autorisé)

Un évènement, allait légèrement changer la donne, le désir de Gilles, dit Gilou de participer à l’aventure ….. (ah tu vois, il fallait 2 tentes, ils sont trois maintenant …… chut, tais-toi…. La suite …..)

Comment je me suis retrouvé à faire le GR20

 

 

Comment je me suis retrouvé à faire le GR20 ?

 

 

 

Jeudi 4 Août 2016, 10h du matin, Pointe des éboulis (2650m), je marche dans ces putains de cailloux, je fais un pas en avant et j'ai l'impression de faire trois pas en arrière tant les cailloux roulent sous mes chaussures et je me demande ce que je fais là, alors que la plage n'est pas loin, qu'est ce qui a bien pu se passer pour que je me retrouve là avec mon pote, « mon frère », Kiki, Qu'est ce que j'ai fait de mal ?,,,,,,

 

Petit retour en arrière, Août 2015, Valcebollère, Puigmal d'Err (2910m) :

 

kiki : « l'an prochain, on fait le GR20 en Corse »

moi : ,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,,

kiki : j'ai fait la partie Nord l'an dernier avec 2 potes, l'an prochain, on fait le GR20 !!

 

il a balançait çà comme on dirait « je vais chercher le pain » ou comme mon pote Pascal me dit depuis 20 ans, si je gagne au Loto, j'emmène tout le monde faire le Marathon de New-York ,,,, le truc qu'on sait qui arrivera jamais ,,,, et puis moi le GR20, j'en avais entendu parler, la Corse, le cirque de la solitude, des morts, des blessés, mais bon je connaissais pas le dossier encore, alors j'ai fait :

« oui, oui, on verra ,,,, c'est loin encore ,,,,,, » , la Corse, pas le sommet du Puigmal, car on y était déjà ,,,,, avec Kiki, les randos c'était sympa, on suivait pas de chemins, on marchait à l'azimut, alors quand les topos annonçaient 6h, nous en mode trail et ultra-léger on mettait un peu plus de 3h et encore moi avec mon Haglund et ma tendinite d'insertion au talon je faisait gaffe, je marchais bien, je trottinais quand je pouvais et j’appréhendais surtout les descentes ,,,,,,

Mais avec Kiki, rien n'était simple, un petit footing de 1h se transformait vite en sortie de 3h, et une rando papa-maman de 6h était pliée en 3h ,,,,,, mais à quel prix ,,,,,, à l'azimut, du hors piste, des voies sans issues au milieu de nulle part, au milieu des rhododendrons ou face à face avec un ruisseau ,,,,, mais bon, 40 ans de course à pied, ça aide un peu ,,,, à Valcebollère, Marie-Jo et son mari, un couple de randonneur à la retraite nous appelait : « les fous » ,,,,, on savait pas profiter du spectacle ,,,,,,,,,,,,, nannnnn ! Qu'il disait Kiki, à 3 ou 6km/h on voit les mêmes choses,,,,,,

Alors en 15 jours à Valcebollère, on s'est fait 5 randos entre 16 et 27km et 1000m de denivellé, en mode light, sans sac à dos, rien qu'un Camel-back, une poche à eau, quelques compotes et barres énergétiques au cas où il faille sauter un repas et passer la nuit dehors ,,,,,,

voilà pour mon expérience de la randonnée ,,,,,,

 

Ah si j'oubliais, un truc super rassurant, en 2010, mon autre « frère », Laurent qui pour mon anniversaire (encore une idée à la con) m'a invité à l'accompagner à la pêche (je suis pas pêcheur, et je vais pas à l'église non plus), à l'étang d'Arain, dans l'Ariège à 1965m d'altitude, comme l'année de ma naissance c'est pour çà que je m'en rappelle ,,,,,, à part le fait qu'on soit parti (à la pêche) sans les cannes (c'est ballot), on s'en est rendu compte au bout de 30km, demi tour,perte de temps ,,,,, perte de temps à St girons pour imprimer une carte de pêche temporaire ,,,,, bref on arrive au refuge juste pour la tombée de la nuit, refuge blindé de monde, c'est l'heure de manger, on sait pas où faire sécher les affaires ,,,,, bref, un bon souvenir des refuges ,,,,,,,

Finalement, je l'avais accompagné tout simplement car en fait j'adore marcher, pourvu que le paysage soit jolie, pourvu qu'il y ait des montagnes, que ça monte un peu, même s'il faut parfois mettre les mains car c'est quand même la montagne un petit peu ,,,,,

bref une montée en fin d'après midi, dans un petit brouillard, la nuit tombante, 3h de marche, chargé comme des mules car les pêcheurs (surtout les 3 autres spécialistes qui nous accompagnaient) ça emmène beaucoup de matos (faut pas les emmener en Corse ,,,,), moi qui aime bien voyager kit main libre, de temps en temps je me retrouvais à porter les affaires d'une chochotte qui avait eu les bras plus gros que le cerveau et les jambes qui une fois décrochées de leur vélo (c'était un cycliste en première catégorie) devenaient aussi inutiles que les 3 épuisettes qu'il avait prise avec lui.(ils ont presque rien chopé en plus)

Le week-end ce passe, les pêcheurs pêchent, le randonneur ,,,, s'ennuie, alors se promène, fais des photos, surtout que côté météo on a été gâté, du grand soleil ,,,,,,

Le dimanche, au moment de repartir, je me dis que je vais faire en redescendant, les photos que j'ai pas pu faire à l'aller ,,,,,, donc tu marches, tu sors l'appareil, tu t'arrêtes : clic clic, tu ranges l'appareil, les autres devant, ils ont fini de pêcher alors ils pensent qu'à rentrer alors ils attendent pas, toi, clic clic, là c'est beau, là c'est joli, re clic clic et les autres ils cavalent, même le cycliste il préfère les descentes que les montées car il est déjà loin devant ,,,,,

et là, première demie heure de descente, c'est le drame ,,,,,, tu veux rattraper, alors tu trottines, tout en rangeant ton petit appareil (photo), et là tu l'as pas vu le cailloux sournois, la cheville qui part, la décharge électrique que tu ramasses ,,,,, je crie, je m'assoit, les autres n'ont pas le choix que de faire demi tour ,,,,, visiblement plus de peur que de mal, ça tire un peu mais ça devrait aller ,,,,,

 

1er avertissement : en montagne, en rando, tu fais une seule chose à la fois !!!!!

 

L'appareil photo restera dans son étui jusqu'à la fin de la marche ,,,,,,, mais bon, c'était pas ma journée car à une demie heure de la voiture, sur un chemin en apparence sans difficultés, je pose le pied sur un cailloux plat, légèrement instable, et là ,,,,, re 220v, terrassé, par terre, impossible de me relever et de prendre appui ,,,,, on enlève la chaussure (des Décathlons, toutes neuves, montantes, achetées pour l'occasion ,,,,,,), mais bon on a pas emmené de scanner avec nous, et on peut pas faire

de radios non plus (on a fait des choix au départ) ,,,, on attend un peu, je remets les chaussures, on me déleste de mon sac à dos (du coup, le boulet c'est moi), je récupère un bâton pour me soulager et je finirai le retour de cette manière, heureusement qu'on était pas loin de la voiture ,,,,,,

 

Voilà pour mon expérience de la randonnée ,,,,,, ah si j'oubliais à 15 ans j'avais fait une colonie de vacances dans l'Ariège et on avait fait le Crabère (2629m) et le pic de Maubermé (2880m), uniquement les enfants volontaires, et ça m'avait beaucoup plu surtout qu'à l'époque je faisais du cross-country et du demi fond donc j'avais la caisse ,,,,,,

 

Voilà pour mon expérience de la randonnée ,,,,,, ah si , je l'avais oublié celle là, en 2014, tout seul, St Lary – Col de Portet (2215m)– Lac de l'Oule , 29km environ, 5h40 et 1626m de d+ en rando-light ,,,,,,,

Voilà, sinon rien d'extraordinaire, alors quand Kiki à dit, l'an prochain on va en Corse avec les filles et on se fait le GR20, j'ai dit « oui, oui » mais en fait je n'y croyais pas trop.

 

Par contre quand au mois de Janvier il a fallu s'occuper de prendre les billets pour Corsica-Ferries, je me suis dit que là on allait pas y échapper et qu'il fallait que j'étudie un peu le dossier car j'aime pas trop partir à l'aventure, surtout avec Kiki ,,,,

×